Accueil du site > Affaires et témoignages > Témoignage d’un petit entrepreneur en maçonnerie DVM RENOV

Témoignage d’un petit entrepreneur en maçonnerie DVM RENOV

samedi 24 septembre 2016, par David Venza (DM renov)

envoyer l'article par mail envoyer par mail


VIDÉO : Caisses de congés payés du BTP : elles coûtent, elles compliquent, elles ne servent à rien !

Septembre 2008, le carnet de commande de mon entreprise a sérieusement chuté, la crise pour les artisans du bâtiment a commencé depuis déjà plus de 6mois (janvier 2008), alors que la presse commence à peine à en parler.

Je suis dans le doute, j’ai sous ma responsabilité les salaires de 4 familles et de deux jeunes apprentis et sans compter ma femme et mes trois enfants qui compte aussi sur moi pour vivre.

Le compte bancaire de l’entreprise est dans le rouge, à la limite de l’autorisation de découvert. Si nous voulons préserver nos emplois je n’ai qu’une solution : Changer notre stratégie commerciale, offrir un service d’une autre dimension aux clients, en bref, trouver du boulot et se serrer les coudes pour notre survie.

Cette réforme interne de l’entreprise ne pouvait pas se réaliser du jour au lendemain, et en attendant d’en récolter le fruit, je devais prendre des mesures économiques importantes.

L’une de ces mesures et je n’avais pas le choix pour pouvoir continuer à payer les salaires était de ne plus payer en avance les congés de mes salariés à la caisse de congés payés .

Cette mesure a permis pendant un an de garder 22000€ en banque pour assurer les salaires mensuels de mes salariés. Si je n’avais pas eu ces 22000€ de réserve, la banque ne m’aurait pas suivi et je fermais la boutique.

La caisse n’a jamais avancé un centime pour payer les congés de mes salariés, j’ai toujours réglé un mois avant l’équivalent des sommes dues pour les vacances à prendre.

Seulement voilà, aujourd’hui alors que notre entreprise n’est pas encore tiré d’affaire mais commence à peine à entrevoir la sortie du tunnel, la caisse des congés payés de Nantes me réclame 3600€ (deux mois de salaires) de pénalités en plus des cotisations en cours. Tout ça pour ne pas avoir versé un an à l’avance les congés payés.

Je n’ai pas cet argent, nous avons travaillé dur mes salariés et moi-même, la vie de chantier n’est pas des plus facile, sous la pluie ou dans le froid de cet hiver particulièrement rude nous devons produire tous les jours pour qu’à la fin du mois nous puissions vivre dignement.

Comment des gens assis derrière leur ordinateur peuvent-il prendre ce genre de décisions ?

Comment une caisse qui se dit faire du social et protéger le droit au congés des salariés peut mettre en péril des milliers d’emplois parce que nous ne versons pas un an à l’avance les congés ?.

Je sais que je ne suis pas le seul dans ce cas, et beaucoup d’entre vous sont même dans des situations bien plus complexes que la mienne avec la caisse de congés payés. Alors, faites comme moi, rejoignez le collectif 4C-BTP, ensemble nous pouvons lutter contre ce régime racketteur qui fragilise les plus faibles.

David Venza
DVM RENOV

Voici une partie de notre travail réalisé en 1 an et demi : www.dvmrenov.com

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0